sari indien

Comment bien choisir son sari ?

Insérer le sari dans sa garde-robe est une décision osée et louable. Cette tenue vous permet de faire la différence et de vous affirmer. Pour être élégante et raffinée dans votre sari indien, il faut le choisir avec soin. Plusieurs critères entrent alors en jeu pour vous permettre de faire le meilleur choix.

Selon l’occasion pour la porter

À chaque sari, on peut attribuer une occasion donnée selon son degré d’élégance. Du coup, pour choisir votre sari indien, pensez à l’occasion à laquelle vous allez la porter. Ça peut être au boulot, pour une fête, pour un mariage, pour une cérémonie formelle, etc. dans une boutique de saris indiens, vous retrouverez une bonne classification des robes. Vous aussi, vous allez trier principalement selon les coupes, mais surtout les finitions. 

Pour un mariage par exemple, il faut un sari qui vous démarque des autres. C’est là qu’on peut oser les motifs lourds, les ornements en or, les paillettes, etc. Misez aussi sur un tissu de qualité et de luxe. En Inde, une attention particulière est portée aux saris, surtout lors des mariages. Pour un usage quotidien, on peut rester sur des coupes simples et des couleurs légères.

sari indien

En fonction de la corpulence

Chaque femme a le droit de se sentir à l’aise et confortable dans son sari indien. Qu’elle soit mince, de grande taille, de petite taille, de large taille, une femme doit bien viser son sari. Pour le cas des tailles larges, on veut que le vêtement donne l’impression d’être plus mince. Autrement, qu’il n’entasse pas. C’est pourquoi on préfère le sari dans des tissus légers comme la mousseline, la crêpe, la georgette. Les femmes plus minces se tourneront plutôt vers du coton, du tissu organza, et même de la soie.

Pour ne pas trop valoriser sa taille, une femme élancée choisit un sari indien avec des bordures lourdes. Ces bordures n’allongent pas la silhouette. Quant aux petites tailles, elles font le contraire en choisissant un vêtement sans bordures, ou avec des bordures très légères.

Selon la couleur de la robe 

La couleur de votre robe influence sur votre teint et est aussi fonction de l’occasion. Une femme qui veut laisser paraître un teint plus clair doit choisir les couleurs de sa carnation de peau. En fait, en harmonisant les tons, le teint a l’air plus éclatant. Or, si vous créez un contraste, c’est tout à fait l’effet inverse. Une peau foncée avec une robe jaune par exemple crée un fort contraste. La peau est perçue encore plus foncée. Or, s’il s’agissait d’un marron, la carnation sera plus lumineuse.

De même, il faut faire attention aux couleurs si vous devez porter votre sari indien au bureau par exemple. On opte alors pour des couleurs plus discrètes et subtiles pour rester professionnel. Les couleurs fortes sont réservées aux festivités ou événements spéciaux. On peut aussi jouer sur la signification des couleurs pour les choisir.

En résumé, il faut analyser ces trois critères de sélection simultanément avant de choisir son sari indien. Hormis ces facteurs, il faut que votre tenue vous plaise et que vous vous y sentiez à l’aise. 

kimono femme japonnaise

Comment se porte le kimono femme dans la culture japonaise ?

Dans la culture nippone, le kimono est le vêtement traditionnel par excellence. Cette longue robe souvent en soie à l’apparence simple, cache en réalité toute une succession d’étapes pour être enfilée. Vous désirez en savoir plus ? Alors découvrons ensemble comment se porte le kimono femme dans la culture japonaise. 

Les accessoires indispensables pour bien porter le kimono femme 

Avant d’adopter le kimono femme comme dans la culture nippone, il faut disposer au préalable d’un certain nombre d’accessoires qui doivent obligatoirement accompagner le vêtement. Ils sont au nombre de huit au total, sans compter le kimono femme lui-même, et se portent de l’intérieur vers l’extérieur.

  • Le susoyoke

Il s’agit d’une forme de dessous qui peut être soit un slip, soit un long short ou un jupon que les femmes portent pour rendre leur kimono confortable. 

  • L’hadajuban

Dans la culture japonaise, hadajuban est une sorte de camisole légère qui se porte avec le susoyoke et par-dessus du soutien-gorge. 

  • Le nagajuban

C’est une robe en soie très fine qui a une longueur plus courte que le kimono femme. Elle se porte sur l’hadajuban et le susoyoke et dispose d’un col qui sera légèrement visible une fois le kimono porté. 

  • Le koshi-himo

Ce nom fait référence à une première variante de ceinture, assez menue qui sert à maintenir en place le nagajuban et à sceller le kimono femme. Dans la tradition nippone, il en faut deux voire trois pour bien mettre votre kimono. 

  • Le date-jime

C’est également une ceinture, plus large que le koshi-himo et qui a pour rôle de venir marquer la taille. On en utilise deux dans la culture japonaise, l’une sur le nagajuban et l’autre sur kimono. 

  • L’obi

C’est la troisième variété de ceinture, la large bande colorée, aux différents motifs et parfois brodée qui est visible sur le kimono.

  • Les tabis

Ils désignent les chaussettes japonaises, dont la forme sépare le gros orteil du reste, afin qu’elles soient confortables dans les claquettes traditionnelles japonaises.

  • Le zori et le geta

Ce sont les chaussures traditionnelles au Japon. Elles se présentent sous forme de claquettes, soit en bois ou en matière synthétique et sont mises avec le kimono femme.

kimono femme japonaise

 

Les étapes pour enfiler convenablement un kimono femme 

Le port du kimono femme dans la culture japonaise commence par les tabis, car une fois le vêtement finalisé, il est difficile de s’abaisser pour mettre les chaussettes. Ensuite, il faut mettre le susoyoke et l’hadajuban, en centrant correctement ce dernier. Par la suite, il faut enfiler le nagajuban que vous allez maintenir dans un premier temps avec le koshi-himo, puis le date-jime, légèrement en dessous de votre buste. 

À présent, vous pouvez revêtir votre kimono. Il doit être bien centré. Pour le savoir, il suffit de faire correspondre les coutures du col et de l’aligner sur celui du nagajuban. Commencez par rentrer le côté droit du kimono à l’intérieur avant de repasser l’extrémité gauche par-dessus. Utilisez un autre koshi-himo pour attacher le vêtement, en prenant soin de bien rentrer les bords qui dépassent. Ramenez ensuite l’excédent de tissu du kimono sur la ceinture, pour la cacher. Ajustez bien les cols et retirez tous les plis avant d’attacher l’obi puis de porter vos sandales. 

robe chinoise

Qu’est-ce qui fait la particularité de la robe chinoise ?

La robe chinoise était le vêtement de prédilection des femmes chinoises et asiatiques en générale. À la base, elle était ample, très longue et suffisamment ovale pour ne surtout laisser transparaître aucune forme ou silhouette de celle qui la portait. Aujourd’hui, cette robe a été revisitée pour le bonheur d’un grand nombre de personnes. Allons à la découverte de quelques-unes de ses particularités. 

Une robe pour toutes les occasions

La robe chinoise ou qipao était autrefois la tenue d’excellence qu’arboraient les femmes chinoises. Elle leur donnait une certaine élégance et permettait plus facilement de distinguer leur origine. Depuis le 20e siècle, le qipao ou la robe style chinoise a subi quelques modifications en raison de la démocratisation de la mode et de l’ouverture d’esprit de certaines femmes. Ainsi, la robe chinoise femme est devenue moins ample, plus courte et plus cintrée de sorte à faire ressortir la morphologie des femmes qui la portent. 

Depuis lors, la robe traditionnelle chinoise est maintenant disponible en matière authentique et s’adapte ainsi à toutes sortes d’occasions et de styles. Cette robe épouse plusieurs styles et peut se porter pour n’importe quelle occasion de sortie ou de détente entre amis ou encore famille. 

Une robe sensuelle avec col cintré 

La robe traditionnelle chinoise a la particularité d’avoir un col cintré. En effet, ce détail lui est propre et permet de singulariser son origine, l’Asie ou la chine plus précisément. La robe style chinoise ressort la beauté et le charme de la femme. Elle est une robe sensuelle qui permet d’affirmer au mieux les douces qualités de la gent féminine et plus encore, celle des femmes de la culture chinoise. 

La robe chinoise peut désormais être confectionnée avec du textile varié et convient à tous les âges. Tant pour les adolescentes, les jeunes femmes que pour celles du troisième âge, cette robe est tout simplement un vêtement très tendance. Elle convient également à toutes les morphologies ou à toutes les silhouettes. Nul besoin d’avoir un style particulier avant de se vêtir d’une telle robe. 

Possibilité de la porter avec une veste chinoise assortie

La robe traditionnelle chinoise est un vêtement subtil qui a traversé le temps et qui épouse aujourd’hui plusieurs cultures et civilisations. Elle apporte une élégance particulière à la gent féminine et peut être combinée avec une veste chinoise assortie pour plus d’éclat. Autant dire qu’il s’agit tout simplement de la robe aux multiples fonctionnalités. Que vous soyez en hiver, en été, ou même en automne, la robe chinoise est un allié qui vous accompagne en toute sérénité. L’avoir dans votre dressing vous empêche d’être prise au dépourvu par une occasion qui exige de vous une certaine prestance à travers une tenue soignée et hautement respectable.

Une robe style chinoise est donc le compagnon de toujours de la gent féminine. En plus d’être respectable, elle s’invite à toutes les occasions. Elle rehausse le charme et la beauté des femmes d’un peu partout tout en ponctuant de la plus belle des manières leur côté sensuel. 

Comment porter la robe africaine longue en fonction de sa silhouette ?

Le pagne africain en l’occurrence la robe africaine longue est devenu incontournable dans la garde-robe de toute femme. Elle est souvent portée lors des grands évènements tels que les mariages, les anniversaires et les soirées. Avec les multiples options qu’elle propose en termes de style, de matériaux et de couleurs, il est parfois difficile de la porter convenablement. Voici donc quelques astuces qui vous aideront à porter fièrement une robe africaine longue

(suite…)